Julien Marcuse
 
Le propos de la photographie, à l’instar de toute écriture, est de suggérer au lecteur un invisible qu’il lui appartient de libérer de sa propre gangue de certitudes pour s’en déclarer d’un regard plus éveillé, moins appuyé sur le texte ou l’image.

La banalité n’est pas sans dimension poétique.
Il suffit d’oser le temps d’un arrêt, d’un coin de rue, de bar ou de trottoir…
Il suffit de se détacher de l’intention trop prenante quant à l’heure qu’il est pour que le regard en soit reconnaissant d’une étrange nostalgie.
Moment d’heureux oubli, de présence, à soi retrouvée.

The purpose of photography, as for every writing, is to suggest to the reader an unseen it belongs to him to denude of a shroud of certainties ; then the look will be awakened, less reliant on text and frame.

The banality is not devoid of a poetical dimension.
You need only to dare one break to catch yourself standing at this corner of the street, on this sidewalk, or leaning at the bar in this pub.
You need only to free yourself of any worry with the time it is, things you’re thinking to have to look after ; and your glance, and so your mind will be grateful for this suspension – arousing something rich and strange. A kind of nostalgia you’re feeling for this world at once lost and found again.
Moment of happy forgetfulness, of pure being-there.

© 2004 Julien Marcuse, tous droits réservés,
all rights reserved.
marcuse@noos.fr
Webmaster : Kaolin
Vue optimisée, best view : 800 x 600

    De terre et d'oubli
    La trame du kilim
    Rêve pétrifié
    Corrida

Cliquer sur un des titres pour afficher la collection.
Click on a title to display the collection.

Cliquer sur la flèche pour afficher le curriculum.
Click on the arrow to display the curriculum.